Mutuelle santé, mutuelle familiale: Ostéodensitométrie : dépistage de l'ostéoporose

RSS Ostéodensitométrie : dépistage de l'ostéoporose

 

Comparateur Mutuelle santé, prévoyance

 

Une mutuelle pas chère qui rembourse bien !

Devis mutuelle santé 100% gratuit et sans engagement.

Vous êtes à la recherche d’une mutuelle santé ? Remplissez une seule demande pour comparer les tarifs, les garanties (optique, dentaire, médecine courante, spécialistes, hospitalisation, …) et les niveaux de remboursements des meilleures mutuelles santé du marché et économiser jusqu'à 300 € par an.
Vous avez déjà une mutuelle santé ? N'hésitez pas à réévaluer votre contrat de mutuelle afin de voir si votre contrat est toujours le plus compétitif du marché.

Ostéodensitométrie

 

L'ostéodensitométrie (ou densitométrie osseuse) est un examen de dépistage de l'ostéoporose qui permet de mesurer la densité de l'os, c’est-à-dire son contenu minéral (densité minérale osseuse, DMO). Il s'agit de la mesure d'une densité minérale osseuse surfacique (exprimée en g/cm²) et non d'une densité volumétrique. Une densité osseuse faible constitue un excellent indicateur du risque de fracture, qu'il s'agisse de tassements vertébraux ou bien de fractures du col du fémur.

Dépister l'ostéoporose avec les ultrasons
L'ostéodensitométrie basée sur les rayons X représente actuellement le standard en matière de dépistage de l'ostéoporose. Mais la mesure de la résistance osseuse peut être évaluée grâce à une nouvelle technique utilisant les ultrasons.
Fruit du partenariat entre le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) et la firme Diagnostic Medical System (DMS), le premier ostéodensitomètre à ultrasons avec imagerie digitale, UBIS 5000 suscite beaucoup d'intérêt car il ne nécessite aucune irradiation et reste peu coûteux.
Des études des scientifiques du CNRS ont permis d'établir qu'un os du talon, le calcanéum pouvait refléter le statut osseux général du patient et ainsi être un excellent prédicteur de la fracture du col du fémur.
Cette avancée dans le domaine de l'imagerie médicale permettrait de dépister la maladie mais également d'en suivre l'évolution et de juger des résultats précis du traitement. Des études en cours devraient permettre de juger de la reproductibilité et de la fiabilité de ces mesures. Pour le moment, l'absorptométrie biénergétiques à rayons X reste le seul standard reconnu par les critères de définition de la maladie selon l'Organisation Mondiale de la Santé.

 

La densité minérale osseuse augmente jusqu'à 20-30 ans, puis reste constante jusqu'à 40 ans, pour diminuer ensuite progressivement. Ce phénomène intéresse les deux sexes, mais l'augmentation de densité osseuse est plus importante chez l'homme.

 

La méthode de référence pour apprécier la qualité de l'os est aujourd'hui l'absorptiométrie biphotonique à rayons X. Elle consiste à émettre des rayons X en direction d’un os, que celui-ci absorbe en partie. On mesure alors ce qui reste du rayonnement après sa traversée de l'os, ce qui renseigne sur sa densité. Cette évaluation indirecte de la densité osseuse est faite sur la colonne vertébrale et/ou le col du fémur, qui sont les zones habituelles de fracture chez les femmes ostéoporotiques.

 

L'ostéodensitométrie est un examen
- non douloureux
- fiable (précision d'environ 99 %)
- rapide (2 à 5 minutes selon les appareils)
- responsable d'une faible irradiation (20 fois mois qu'une radiographie des poumons).

 

La réalisation de l'ostéodensitométrie n'a d'intérêt que lorsqu'il existe des signes ou des facteurs de risque d'ostéoporose et qu'un traitement peut être envisagé.

 

L’existence de certaines maladies, en particulier du squelette, ou interventions orthopédiques, peut perturber l’examen : maladie de Paget, arthrose lombaire, scolioses importantes, calcifications aortiques, arthrodèses, prothèses...

 

Le résultat de Densité Minérale Osseuse (DMO) est donné par rapport à une moyenne, celle d'une population normale de même âge et de même sexe, comme pour la courbe de croissance des enfants qui figure sur leur carnet de santé. L'insuffisance osseuse est de cette manière quantifiée et l'idée d'un traitement peut alors être éventuellement adoptée, en fonction de vos résultats de densitométrie et de votre âge.

 

La prise en charge de l'ostéodensitométrie

 

L'ostéodensitométrie est prise en charge par l'Assurance Maladie sur prescription médicale et pour les patients à risques depuis le 1er juillet 2006.
Elle est remboursée à 70 % sur la base d'un tarif fixé à 39,96 €.

En France, annuellement, cent trente mille fractures sont provoquées par l'ostéoporose. En cas d'ostéoporose révélée par ostéodensitométrie chez les femmes de 50 ans, la probabilité d'avoir une fracture par traumatisme léger avant 60 ans est d'environ 45%. Cependant la majorité des fractures (95%) survenant entre 50 et 60 ans touchent des femmes dont l'ostéodensitométrie n'a pas révélé d'ostéoporose.

 

Dans quels cas l'ostéodensitométrie est-elle prise en charge par l'Assurance Maladie ?

 

L'ostéodensitométrie est prise en charge, sur prescription médicale, pour les patients présentant les facteurs de risques médicaux de l'ostéoporose qui rendent nécessaire cet examen, notamment dans les cas suivants :

 

Dans la population générale :

  • en cas de pathologie ou de traitement potentiellement inducteurs d'ostéoporose (par exemple, l'hyperthyroïdie évolutive non traitée ou une corticothérapie de plus de trois mois);
  • en cas d'antécédent de fracture sans traumatisme majeur diagnostiquée lors d'une radiographie.

> Chez la femme ménopausée, il existe des indications supplémentaires :

Pour les femmes ménopausées suivant un traitement hormonal substitutif (T.H.S.), il n'est pas recommandé de réaliser une ostéodensitométrie, car la prévention de l'ostéoporose est déjà assurée par ce traitement.

  • antécédents de fracture du col du fémur sans traumatisme chez un parent du 1er degré;
  • ménopause précoce (avant 40 ans);
  • indice de masse corporelle inférieur à 19 kg/m2;
  • antécédent de corticothérapie de plus de trois mois consécutifs.

Source : doctissimo.fr


Vidéo santé - Ostéoporose: comment l'éviter



Vidéo santé : la densitométrie osseuse

 

L'ostéoporose est une maladie silencieuse, qui évolue sans symptômes, jusqu'au jour où peut survenir une fracture sans qu'il y ait eu de traumatisme important. Les fractures ostéoporotiques concernent principalement les vertèbres, la hanche et le poignet.
Après 50 ans, une femme sur deux et un homme sur cinq subiront une fracture survenant suite à un traumatisme faible, ce qui constitue un véritable problème de santé publique. En Europe, chaque 30 secondes, un homme ou une femme est victime d'une fracture due à l'ostéoporose.
La densitométrie osseuse - ou ostéodensitométrie ou minéralométrie - est un examen radiologique pratiqué avec des rayons X de très faible intensité.
Il s'agit de mesurer le contenu minéral de l'os par unité de surface (g/cm2).
La densité minérale osseuse augmente avec la croissance jusqu'à 20-25 ans, puis reste constante jusqu'à 35-40 ans environ, pour diminuer ensuite progressivement.
L'ostéoporose, qui est une maladie globale du squelette, se caractérise par une densité minérale osseuse faible et par une détérioration progressive de la micro-architecture du tissu osseux, ce qui accroît le risque de fracture.
Il est donc essentiel de pouvoir mesurer la densité minérale osseuse, mais également de déterminer s'il existe des fractures vertébrales passées inaperçues chez le/la patient(e).


Source : Hopitaux Universitaires de Genève